Concept de l’aménagement du Pavillon Togo à l’Expo Milano 2015

« Nourrir la planète », c’est d’y maintenir la vie. C’est d’apporter de l’énergie nécessaire aux cellules animales comme végétales pour leur survie. L’aliment ou la nourriture devient ainsi l’un des éléments de base du maintien des cellules en vie. « Nourrir la planète », c’est en d’autres termes maintenir les cellules en vie.
C’est ce concept qui sous-tend l’idée de la proposition d’aménagement du pavillon togolais à l’exposition universelle Milano 2015.
Il est question que cet aménagement mette en valeur la symbiose qui existe entre la cellule (l’unité de vie de l’organisme) et l’aliment (la source d’énergie pour la cellule), le tout imbibé dans un environnement teinté des couleurs togolaises.
Il est à rappeler que le Togo a choisi d’exposer quatre (04) céréales (le Maïs, le Mil, le Sorgho, et le Fonio) et trois (03) tubercules (le manioc, l’igname, et la patate douce) qui sont fréquemment présents dans les rations alimentaires du pays dans toutes leurs diversités. Le pavillon Togo se situe en deuxième position à gauche à l’entrée du cluster céréales et tubercules sur 250 m2 avec deux niveaux.  L’architecte du pavillon est donc partis des formes stylisées de la cellule (élément fondamental de la vie) et de trois produits plus utilisés dans l’alimentation du togolais du Nord au Sud qui sont le maïs, le manioc, et le mil pour créer les formes des trois principaux éléments du hall d’exposition (la table d’accueil, et les deux plateaux d’expositions des produits transformés). Le but est d’une part de sortir des formes platoniciennes et d’opter pour les formes courbes qui nous permettront plus de ressortir les éléments stylisés.
Le pavillon dispose de deux plans qui reçoivent les entrées, les images des céréales et des tubercules de façon opposée. Juste en face de ces images sont placés deux plateaux qui recevrons les produits issus de la transformation des céréales d’un côté et celle des tubercules de l’autre.


Les formes des deux plateaux d’exposition des produits issus de la transformation sont obtenues de la division de la forme stylisée de la cellule en deux parties puis de la mise en opposition par symétrie des deux éléments en camemberts. Les pieds du plateau recevant les céréales transformés sont obtenus en changeant l’échelle et la proportion des grains de maïs ; alors que ceux de l’autre plateau sont obtenus en faisant la même opération sur le manioc. La même approche a permis de styliser les tiges de mil et de les disposer sous un camembert pour en faire la table d’accueil.
Les formes stylisées des céréales et tubercules sont placées à la base des plateaux (formes stylisée des cellules) en guise de pieds juste pour traduire l’idée que l’aliment est la source d’énergie de la cellule et que sans la nourriture la structure vitale de tous les organisme s’écroulera.
Enfin, le Togo est représenté sur les deux plans restants par sa capitale Lomé et son potentiel touristique. Le potentiel touristique est marqué par l’image de Koutammakou (les tatas temberma) et de la cascade sur le plan recevant l’accès à l’escalier. En opposé la ville de Lomé est soulignée par ses deux monuments forts (le monument de l’indépendance et le monument de la colombe de la paix) qui surgissent sur une vue aérienne de la ville.
Un tapis rouge au sol met en relation les deux entrées et le tout s’intègre dans les couleurs de l’emblème national.

Le Pavillon du Togo est conçu par M. AKOUETE Atsou Fiéfonou, architecte diplômé de l’Ecole Africaine des Métiers d’Architecture et de l’Urbanisme (EAMAU) et de l’Ecole Supérieure d’Agronomie (ESA) au Togo, président de l’ordre des urbanistes du Togo (2000-2004). Il est le concepteur du Pavillon Togo à l’Exposition Universelle de Shanghai en 2010.
 
© 2015 Togopavillon.tg
Conception MYVI-SOFT